divendres, 23 de setembre de 2016

Les panneaux "Pays Catalan" se distribuent comme des petits pains

"Inventer une nouvelle forme de développement du territoire" ; "Requalifier l'espace dans lequel on vit." Pas besoin de lire entre les lignes pour comprendre la volonté politique de Jordi Vera et du parti catalan CDC. Car la stratégie va bien au-delà du symbolique panneau "Pays Catalan", remis aux maires adhérents et sympathisants au parti, jeudi. Des élus, qui n'ont toutefois pas boudé leur plaisir de recevoir ce beau cadeau à accrocher sous le nom de leur commune. "Des maires engagés avant les autres dans la résistance avec le collectif Oui au Pays Catalan, à l'initiative du combat", rappelle Jordi Vera.

Mais à la mobilisation pour la défense de l'identité catalane amputée au nom de la nouvelle grande région, le CDC veut enfoncer le clou. "Car l'histoire de notre combat n'est pas terminée", riposte-t-il en prélude à la distribution, non pas des petits pains, mais des désormais célèbres panneaux de signalisation qui fleurissent au bord des routes. "Nous avons la chance d'avoir une identité. Une culture intégratrice. Il faut mettre en avant les productions du Pays Catalan, lui donner une contenance. Et c'est dans cet esprit que nous parviendrons à créer une collectivité territoriale pour gérer notre territoire tout seul", conclut Jordi Vera.

Jordi Vera, responsable départemental du CDC n’a pas manqué, à l’occasion de cette remise de panneaux, de rectifier les propos tenus par Louis Aliot, vice-président du Front National des P.-O. (lire notre édition de jeudi, ndlr) sur le financement du combat du CDC. «Louis Aliot ment. La Generalitat ne finance pas notre mobilisation. Mais surtout, nous ne sommes pas des étrangers, mais des citoyens catalans français. Ce mouvement vient de la profondeur du territoire et c’est cela l’essentiel. Les panneaux, ce sont les entreprises qui nous soutiennent qui les ont payés. Et c’est très important que des acteurs du monde économique soient à nos côtés». Notons enfin que d’autres communes des P.-O. ont payé sur leurs deniers le panneau «Pays Catalan», rapport L'Indépendent.

Perpinyà: Vora 8.000 persones a la manifestació "Sí al País Català"

Aquest dissabte, entre 7.000 i 8.000 persones es manifesten, segons L'Indépendent, a la capital de la Catalunya Nord, exigint al govern de François Hollande l'inclusió del nom 'País Català' al d'Occitània aprovat pel govern jacobí i centralista de París, en el que és un atac directe i descarat a les nacionalitats i cultures que integren la República. La primera manifestació pel "Sí al País Català" va reunir tan sols unes 500 persones a Perpinyà, el passat 18 de de juny d'enguany.

Nom de la Région: l'opposition plaide pour "l'erreur historique"

Le président du groupe de la droite et du centre au Conseil Régional, Christophe Rivenq, vient d'écrire au Premier ministre pour contester l'appellation "Occitanie". Et un de plus. Il y avait déjà une pétition lancée au lendemain du vote de la région pour dire "Non à l'Occitanie, Oui au Pays Catalan". Puis un recours citoyen du "Collectif pour Occitanie-pays Catalan" (voir encart). Voilà maintenant que l'opposition de droite et du centre à la Région remet en cause le choix d'Occitanie pour nommer la nouvelle Grande Région. La délibération adoptée le 24 juin dernier par 85 conseillers régionaux (sur 158) ne convient pas au groupe de l'Union des Élus de Droite et du Centre qui n'y voit pas "un acte de rassemblement fondateur" et une "erreur historique que l'exécutif en place a commis".

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada